Association des biologistes du Québec (ABQ)
Profession biologiste

Profession biologiste

Un biologiste est un professionnel qui pratique la science du vivant, la biologie.

Aujourd’hui, environ 5 000 biologistes québécois pratiquent dans l’un ou l’autre des domaines de spécialisation de la biologie. Ces biologistes forment un réseau de professionnels dans un secteur en pleine évolution.

Le rôle du biologiste a bien évolué depuis l’initiation des sciences descriptives au Ier siècle jusqu'à la génomique et la bioinformatique plus récemment. En effet, depuis l’apparition du concept de biologie comme discipline au XIXe siècle, avec l’acquisition de connaissances et l’avancement technologique, de nouvelles spécialisations ont rapidement émergé : biologie cellulaire (1677), éthologie animale (1854), génétique (1865), microbiologie (1925), biologie moléculaire (1938)…

Le biologiste en plus d’étudier les mécanismes de la vie, peut également y porter une attention philosophique, d’où l’émergence de disciplines telles la philosophie de la nature, la théologie naturelle et plus récemment, la bioéthique.

Références

Domaines de la biologie et spécialités

La biologie se subdivise en dizaines de spécialisations. Voici quelques exemples de ce que les universités québécoises offrent comme formations ou programmes particuliers :

domaine de la santé humaine

  • biologie moléculaire; 
  • biologie cellulaire; 
  • biologie médicale; 
  • génétique; 
  • santé environnementale; 
  • biotechnologie; 
  • toxicologie; 
  • microbiologie; 
  • immunologie; 
  • biochimie; 
  • etc.

domaine de la gestion des ressources naturelles

  • biologie forestière; 
  • écologie des populations; 
  • pêches maritimes; 
  • forêts;
  • chasse et pêche sportives;
  • gestion intégrée;
  • écologie comportementale;
  • écologie marine et des eaux douces;
  • limnologie;
  • écologie végétale;
  • etc.

domaine de la conservation des espèces et des habitats

  • biologie de la conservation; 
  • espèces menacées; 
  • taxonomie; 
  • botanique; 
  • herpétologie; 
  • entomologie; 
  • ornithologie; 
  • mammalogie;
  • évolution;
  • biodiversité;
  • etc.

domaine de la formation et de l’éducation

  • vulgarisation scientifique;
  • journalisme scientifique;
  • enseignement;
  • etc.

domaine de la recherche scientifique

  • génie biotechnologique;
  • biologie marine;
  • océanographie;
  • zoologie;
  • physiologie animale;
  • physiologie végétale;
  • etc.

domaine des évaluations environnementales

  • inventaire et caractérisation des milieux;
  • physiologie et biochimie environnementales;
  • études d’impact;
  • gestion de l’eau;
  • gestion de l’énergie;
  • gestion des déchets;
  • etc.

domaine de la certification

  • analyse et rédaction de rapports;
  • géomatique;
  • biologie de la conservation;
  • droit des biotechnologies;
  • achats responsables;
  • etc.

Perspective d'emploi

5000 biologistes employés au Québec en 2011 et un taux de chômage faible selon emploi Québec

Revenu annuel moyen à temps plein en 2005 : 56 000 $

Tendance du marché du travail (sur un horizon de cinq ans) :

Favorable selon Emploi Québec, considérant l'évolution de la demande de main-d'oeuvre prévue et la situation par rapport au chômage en début de période, les perspectives d'intégration au marché du travail seront bonnes.

Les biologistes travaillent dans des laboratoires ou sur le terrain pour le gouvernement, des agences de consultation en environnement, des sociétés exploitantes de ressources et de services d'utilité publique, des compagnies de produits chimiques, pharmaceutiques et biotechniques ainsi que dans des établissements de santé et d'enseignement. Selon les données du recensement, les biologistes et autres scientifiques travaillaient en 2006 dans de nombreuses industries. Environ 32 % d'entre eux travaillaient dans les services professionnels, scientifiques et techniques (qui comprennent les firmes de biologistes), 23 % pour l'administration publique et 19 % dans les soins de santé et assistance sociale. On en retrouvait aussi en nombre significatif dans le secteur manufacturier (7 %), surtout dans la fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments (4 %), et dans les départements de recherche et les laboratoires du secteur de l'enseignement universitaire (5 %).

Devenir membre de l'ABQ

Section membre de l'ABQ

Prochain congrès de l'ABQ

Abonnement aux infolettres

Recevez l'infolettre publique de l'ABQ
        
Propulsé par memboGoMC